Ils ont dit

Temps de trajet : quelle compensation ?

illustration

Les négociations sur le thème de la compensation du temps de trajet ont débuté le 12 octobre.

 

La direction a peu communiqué sur la manière dont sont pris en charge les temps de trajet pour les salariés itinérants et nous pouvons la comprendre tant le processus n’est pas clair et les compensations sont ridicules.
En bref, la direction a fixé un temps de référence selon la région, en dessous duquel le temps de trajet entre ton domicile et ton lieu de travail, souvent le site client, n’est pas valorisé.

 

Pour les salariés itinérants, ce temps de référence est fixé à 1h30 en île de france et 1 heure en province.

Au-delà du temps de référence, le temps de trajet est compensé en récupération à hauteur de 30%.

 

Par exemple, un consultant parisien ayant un temps de trajet de 2h pour se rendre sur le site client aura une récupération de moins de 10 minutes !!!

 

Si tu as un management compréhensif et avec son accord, ton temps de trajet peut être déduit en totalité ou partiellement de ton temps de travail. Mais malheureusement les chefs de projet ne sont pas toujours aussi sensibles à l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée de leurs équipes…

 

La compensation est donc dérisoire. Le processus actuel de déclaration du temps de trajet est quant à lui dissuasif.

 

En effet, ton temps de trajet lorsqu’il dépasse le temps de référence doit être déclaré dans Benefits.

Si la récupération est > 4 heures, tu peux utiliser un WBS dédié 707B10 (Jour Autorisé Payé).

Si la récupération est < 4 heures tu dois utiliser le WBS projet.

La récupération doit avoir lieu dans le mois suivant, à défaut ces heures seront perdues.

 

Lors des négociations, l’équipe DCLIC a soutenu les revendications ci-dessous pour une compensation plus juste et un traitement plus simple :

 

  1. Abaisser significativement le temps de référence pour être en phase avec en temps réel de trajet domicile-lieu de travail.

 

  1. Mieux valoriser le temps de trajet au-dessus du temps de référence, à 70% au lieu de 30% actuellement.

 

  1. Simplifier le processus de déclaration du temps de trajet en utilisant un seul outil, myT&E.

 

  1. Un WBS unique pour la récupération.

 

  1. Elargir le délai de récupération.

 

  1. Prise en compte des temps annexes dans le temps de trajet notamment pour des trajets en avions où il est requis d’être à l’aéroport bien avant l’heure de départ.

 

  1. Permettre aux salariés parents d’un enfant de moins de 6 ans de refuser un rôle sur un projet dont le site de travail est trop éloigné de leur domicile.

 

  1. Clarifier le processus pour les salariés recrutés avec un contrat de travail lié au bureau de Paris mais dont le domicile et le lieu de travail (site client) sont dans une même ville de province (cas des salariés de Clermont Ferrand par exemple).

 

  1. Renforcer et clarifier les communications de la part de la Direction auprès des collaborateurs sur le sujet de la compensation du temps de trajet.

 

Les réunions de négociations sont difficiles tant la Direction reste arc-boutée sur ces choix mais vous pouvez compter sur toute l’équipe DCLIC pour défendre vos intérêts.

Laisser un commentaire